• Pour la fête des pères précédente, je vous avais transmis un lien pour expliquer comment transférer une photo sur du bois.

    C'était sympa, ça rendait bien, j'ai toujours des tirages en déco chez moi qui impressionnent les invités.

    Cette année, ça va être un cran au dessous... Mais bon, c'est fait par les petites mains des enfants eux-mêmes et c'est quand même mimi.

    Vous prenez des feuilles de plastique fou. Ou plastique dingue, ou je ne sais comment ça s'appelle chez vous (faites attention que ça ne soit pas psychophobe par contre, ce serait dommage). Parfois c'est même marqué "papier magique".

    Il faut prendre le modèle translucide sur lequel on peut utiliser des crayons de couleur.

    Du coup, vous prenez aussi des crayons de couleur. De préférence des bons, moi j'aime bien ceux-là pour mes enfants parce qu'on peut avoir de belles couleurs sans trop d'efforts (et ils ne sont pas trop fragiles)

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite, vous demandez à l'enfant de faire un personnage qui prend TOUTE la page

    (pour mon opinion sur le dessin de bonhomme par les jeunes enfants, c'est ici)

    Il faut que le dessin soit grand parce qu'il réduit 7 fois à la cuisson.

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis, vous n'oubliez surtout pas de percer un trou, si vous voulez en faire un porte-clés.

    Ensuite vous oubliez que le trou aussi réduit à la cuisson, et vous vous retrouvez avec ceci :

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

    C'est dommage car en porte-clé c'est magnifiquissime :

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite, pour ceux qui ont des enfants qui ne dessinent pas encore, vous pouvez faire le contour des mains (vous galérerez juste pour qu'ils laissent leur main assez longtemps sur le papier si vous avez un modèle remuant)

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    10 minutes et une galère de cuisson plus tard :

    La galère du plastique fou

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voilà, vous l'aurez compris, l'an prochain je ferai plutôt de la pâte fimo ^^

     

    A bientôt pour de nouvelles aventures !

    Pin It

    3 commentaires
  • Avec un vieux vieux dessins de l'époque où j'avais le temps de dessiner, destiné à son projet de manuel de littérature pour CE1, je vous signale une série d'articles de Doublecasquette qui explique comment raconter des histoires aux enfants, inspirés par Miss Sara Cone Bryant.

     

    Ici c'est le conte étiologique "pourquoi les arbres résineux gardent leurs épines en hiver", que j'avais voulu illustrer d'après Miss F. Holbrook, (Mythologie de la Nature) dans sa version adaptée par Miss Sara Cone Bryant.

     

    Pourquoi les résineux gardent leurs épines l'hiver et comment on peut lire des histoires aux enfants.

    Pin It

    votre commentaire
  • Le retour de la revanche de la guerre des méthodes de lecture contre attaque 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Étant actuellement très prise par des considérations domestiques multiples, j'ai laissé quelque peu en plan le monde de l'internet et des querelles pédagogiques diverses mais pas si variées.

    Quelle ne fut pas mon émoi à la lecture récente de cette phrase de notre ministre à tous qui fait buzzer dans les chaumières depuis quelques temps... Enfin, du nouveau dans l'univers impitoyable de la guerre de cent ans des méthodes!

    « Entre quelque chose qui ne marche pas – la méthode globale – et quelque chose qui fonctionne – la syllabique –, il ne peut y avoir de “compromis” mixte. »

    En réalité, je crois que cette phrase s'oppose directement à ceci, qui est TRÈS courant actuellement (et là je vous ressors un vieux dessin parce qu'à l'EN rien de nouveau)

     Le retour de la revanche de la guerre des méthodes de lecture contre attaque

     

    Si le ministre prend en compte désormais, au moins dans son discours, ce qui est réellement efficace et ce qui ne l'est pas, j'en suis toute zémue, car ce n'est pas une évidence pour tout le monde...

    un petit lien pour se faire peur

    Cependant, il reste un problème. Il réside dans la définition des qualificatifs "syllabique", "mixte" et "globale". Tant qu'on reste à la définition que semble en avoir M. Blanquer, tout va bien :

    > méthode syllabique = ce qui fonctionne

    > méthode globale = ce qui ne marche pas

    > méthode mixte = compromis bancal qui ne fonctionne pas

     

    Et il est vrai qu'il y a sur le marché énormément de méthodes qui se prétendent mixte mais que Catherine Huby qualifierait de "chambre à part". On fait comme expliqué plus haut, du code le matin, de la lecture magistrale l'après midi, et on a l'impression d'avoir fait le job, sauf qu'en l'ayant découpé en petit morceaux, la voiture lecture fonctionne beaucoup moins bien, forcément.

    Le retour de la revanche de la guerre des méthodes de lecture contre attaque

    Pourtant, toutes les pièces sont là ! Où est le problème ?

     

    Et si... Et si on pouvait utiliser une méthode mixte sans compromis ? Une méthode qui allierait son et compréhension, écriture et lecture, syllabique et littérature

     

    Si si, ça existe, il en existe même plusieurs sur le marché... Un exemple ici (c'est celle que j'employais personnellement, je la mets ici parce que je sais qu'elle fonctionne ! )

     

    Le retour de la revanche de la guerre des méthodes de lecture contre attaque

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Cette image est destinée à illustrer la vie quotidienne des hommes en France au Magdalénien dans le cadre du programme "questionner le monde" au cycle 2.

    Je l'ai réalisée pour Catherine Huby, mais si vous voulez l'utiliser, je serais ravie d'avoir vos retours. Si vous êtes férus d'Histoire et que vous pensez que, malgré toutes mes recherches, il reste des éléments anachroniques dans cette planche, n'hésitez pas à nous le signaler !

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Personne ne me demande mon avis mais je suis un peu perplexe devant le nombre de gens et surtout d'enseignants (=êtres humains qui enseignent) qui trouvent "tellement nécessaire" l'idée de mettre des .e.s partout parce que "tellement oppressif" l'usage du masculin pour parler d'un groupe constitué d'hommes et de femmes...

    Personnellement je me sens un peu agressée au contraire chaque fois qu'on souligne ainsi la distinction de sexe dans des contextes où elle n'a aucune importance.

    En plus, j'ose à peine l'écrire car je sais qu'on va me prendre pour une naïve et une traitre à ma cause, mais je ne vois vraiment pas le rapport entre le genre grammatical et le genre des individus dont on parle. Sérieusement, on passe des années à répéter aux élèves que NON on ne peut pas dire "féminin c'est pour les filles, masculin c'est pour les garçons, ta chaise là, Toto, ce n'est PAS une fille, et ton crayon ce n'est PAS un garçon.", si c'est pour s'écharper une fois adulte sur le fait qu'on effacerait les femmes en ne mettant pas des .e.s partout, je désespère !

    Il faut dire aussi que je n'ai aucun avis sur la féminisation des noms de métiers. J'ai eu beau essayer de m'y intéresser je ne sais pas du tout s'il vaut mieux dire un juge ou une juge, un auteur ou une autrice pour parler d'une femme. En fait je m'en fiche. Pour moi l'important reste qu'on soit bien conscient qu'une personne qui écrit peut être homme ou femme sans que ça ne change grand chose. Et non, je ne crois pas une seconde que l'écriture inclusive puisse améliorer cela.

    Attention, écriture exclusivement non-inclusive !

     

    Sinon tant qu'à vouloir faire évoluer la langue à coups d'injonctions verticales, je propose qu'on recommence tous à s'appeler citoyens, citoyennes plutôt que monsieur, madame. On a pu voir par le passé l'efficacité de la chose après tout !

     

    Attention, écriture exclusivement non-inclusive !

    Apparemment ses revendications n'incluaient pas l'écriture inclusive

    Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires