• Si depuis quelques temps je suis moins disponible, c'est que j'étais très occupée !

     

     

     

     

     

    Bébé loup...

     

    (Les méthodes alphabétiques, c'est important y a pas d'âge pour commencer ! )

     

    J'en profite pour vous faire partager le travail de Cyrille Romulus : si vous avez besoin d'un photographe, de 0 ans (ou moins !) à 99 (et plus), n'hésitez pas !

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Elève Picasso : schéma corporel : Non acquis En cours d'acquisition (restons dans l'évaluation positive)

     

    Le dessin du bonhomme, il met (quasiment) tout le monde d'accord: Mignon aux yeux des parents , pour les enseignants de maternelle il est facile à relier aux programmes, à évaluer, compiler et faire évoluer à l'aide de toutes sortes de variantes plus ou moins farfelues (On peut faire "le dessin du bonhomme" aux pastels sur carton d'emballage, au coton tige sur papier alu, à l'acrylique sur papier bulles ou à l'aide de collages de publicité "pour varier" intello ). Le dessin du bonhomme et parfois même le "cahier du bonhomme", dans lequel on dessine un bonhomme par mois, est souvent présenté comme obligatoire au cycle 1. Je l'ai encore récemment entendu dans un reportage télévisé (blablabla l'enseignante fait dessiner chaque mois le bonhomme au tableau, conformément aux programmes blablabla cet exercice indispensable blablabla oh comme c'est charmant...)

     

    Comment ça se passe ? Généralement, l'enseignant donne comme consigne à chaque élève, à intervalles réguliers (mettons, une fois par mois) de dessiner "un bonhomme". Oui vous vous en doutiez. Parfois, la chanson d'Anne Sylvestre "pour dessiner un bonhomme" est exploitée.

    La chanson d'Anne Sylvestre

    L'usage de cette jolie chansonnette met bien en évidence ce qui est recherché dans cette exercice. L'enfant doit exécuter une procédure, une "recette" pour réaliser une production standardisée. L'enseignant évaluera ensuite la réussite du résultat en fonction de critères prédéfinis : la tête, les principaux éléments du visage, les membres, ... sont ils présents ? Chaque chose est elle correctement reliée à l'ensemble ?

    Cela permet paraît-il de déterminer si l'enfant a acquis la "conscience du schéma corporel". Donc en gros, si le gamin a oublié les bras de son bonhomme, c'est qu'il n'est pas conscient d'avoir des bras. S'il a relié les bras à la tête, c'est qu'il est persuadé que ses bras lui sortent des oreilles... Moui.

    Alors, le dessin du bonhomme permet-il de se faire une idée du degré de connaissance du schéma corporel du petit gribouilleur ? A mon humble avis, pas vraiment.

    D'abord, concrètement, les adultes présents aux côtés de l'enfant (maître ou ATSEM de la classe) ne peuvent la plupart du temps s'empêcher de "l'aider", plus ou moins consciemment. Cela peut passer seulement par un rappel plus ou moins appuyé de la procédure ("d'abord la tête... attends, là tu as oublié le ventre !" ) mais parfois l'adulte ne laisse presque aucune marge de manœuvre, de peur que le petit "fasse mal". L'élève n'a ainsi plus qu'à repasser le trait exécuté par l'adulte auparavant, ou encore l'adulte repasse par dessus le trait au crayon, en prenant soin de bien gommer les maladresses des petits dessinateurs.

    Nous sommes alors devant la contradiction interne qui veut que l'on doit tout évaluer chez les moins de 7 ans tout en restant constamment "positifs et bienveillants". De rituel aux allures de "scientifiquement prouvé", on se retrouve dans une mascarade assez fréquente en maternelle consistant  à exhiber fièrement des productions réalisées en réalité exclusivement par le personnel de l'école.

    Par ailleurs, la croyance que la correcte exécution de la procédure décrite par Anne Sylvestre (on fait d'abord un rond,...) équivaut strictement à la connaissance de l'anatomie humaine est à mon sens illusoire.

    En effet, on oublie alors comment fonctionne l'enfant qui dessine.

    Le dessin d'enfant, comment ça marche ?

     

    ° Le dessin de l'enfant est essentiellement langage. Il ne fonctionne absolument pas comme un appareil photo, même rudimentaire. Ainsi, s'il veut dessiner un soleil, il "sait" que soleil=forme ronde avec des rayons. S'il veut dessiner une maison, il tracera un carré surmonté d'un toit pointu, même s'il habite dans une barre d'immeuble, parce qu'il sait que carré+triangle au dessus = maison/foyer. Pour le bonhomme, c'est pareil !  Il intègre vite que bonhomme = un rond pour la tête, des points pour les yeux, des traits pour les membres. Nous adultes les y incitons d'ailleurs souvent lorsque nous remarquons des formes circulaires dans ses premiers gribouillis et nous exclamons "oh, le beau bonhomme !". Si le petit veut dessiner une princesse, il va donc tracer ce qui lui semble important : la robe, les cheveux... Il ne pensera pas forcément aux bras parce que les bras n'ont pas de rapport avec la signification "princesse". Ce n'est pas pour autant qu'il ignore que les êtres humains ont tous 4 membres (du moins la plupart du temps)

     

    Alors, est-ce que Maëlle ignore que les bonshommes ont des oreilles? Ou bien on s'en fiche parce qu'elle a seulement voulu représenter une famille et que l'item "oreilles" n'a rien à faire là-dedans ?

     

    Chez les aborigènes d'Australie ainsi, ce n'est pas le "bonhomme fil de fer" ni le "bonhomme têtard" qui signifient "être humain" mais un genre de haricot... Les personnages sont en effet traditionnellement tracés dans le sable, vus du dessus, assis en tailleurs. Les aborigènes d'Australie n'auraient pas acquis le schéma corporel ? Allons bon !

    Rêve du vieil homme sur la mort et le destin, peinture aborigène. / (Christian Markel/musée du Quai-Branly)

     

    ° L'enfant est en pleine expérimentation de procédés techniques... et parfois ça coince encore.

    Quelques considérations sur le dessin du bonhomme en maternelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En petite section cela fait au mieux un peu plus d'un an qu'il s'essaye à laisser des traces sur le papier, et quelques mois à peine qu'il associe véritablement un tracé à une forme et une forme à la représentation de quelque chose. Alors quand les obstacles techniques s'en mêlent, ça devient compliqué. Ainsi, Gudule commence par le rond de la tête, surtout que la maîtresse l'a dit, et l'ATSEM lui a répété, et même la dame de la chanson le serine sans cesse... Alors Gudule fait un GROS rond. Parce qu'en plus c'est dur de faire un rond fermé. Et puis comme ça elle aura bien la place de faire les yeux, le nez (si elle y pense) et la bouche, et les pleins pleins pleins de cheveux qu'elle a dit, la dame de la chanson. Tant pis si elle n'a pas trop la place de faire le reste du bonhomme.

    Toto lui, il a bien tout fait comme on lui a dit, la tête, le ventre, les bras, la tête... mais la maîtresse n'est pas contente parce que pour que les bras soient bien bien attachés, ben il les a fait dépasser du plus gros rond. Comment ça le plus gros rond c'est la tête. Ben oui puisqu'on vous dit que c'est le premier truc à dessiner et le plus important, on le fait en grand... Et le ventre ben il est trop petit pour qu'on lui rajoute des trucs en plus, d'abord.

    Zébulon, lui il en a marre des bonshommes. Un bonhomme quoi d'abord ? Batman il connaît, papa, maman, à la limite, il connaît. Bulbazaure ou encore le fantôme vampire de la mort qui tue, il saurait... mais "un bonhomme" c'est quoi ça ? D'abord il en a déjà fait le mois dernier. La maîtresse était contente. Alors là il va juste faire un gribouilla dans un coin et comme ça il pourra aller jouer au coin poupée avec Toto. Tant pis si la maîtresse en déduit que la conscience du schéma corporel est encore seulement en début fragile de cours d'acquisition et qu'elle ne colle pas la jolie gommette.

    Alors là Miro t'es mignon mais je ne sais pas ce qu'on va bien pouvoir cocher comme case...

     

    En considérant le dessin du bonhomme, comme recette de cuisine à enseigner aux enfants et permettant d'évaluer la conscience du schéma corporel, on ne permet pas le développement des potentialités des jeunes dessinateurs.

     

    De vrais créneaux réguliers de dessin libre (J'ai expliqué ici ce que j'entendais par là) seraient bien plus à même de faire progresser les élèves de la petite à la grande section, et même d'évaluer leurs progrès si on y tient vraiment !

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

    Ce qui est bien avec les feutres à alcool c'est que si on n'est pas sûre de soi, on peut photocopier la "line" avant de passer à la couleur :

     

     

     

     

     

     

    ... Ce qui permet d'en faire plusieurs versions...

     

    Et après on peut les offrir  !

    Comme je me remets à la couture en ce moment, j'ai fabriqué un petit sac pour l'occasion, c'est plus sympa qu'un paquet cadeau, plus utile et surtout, je suis nulle en papiers cadeaux !

    coloriser aux feutres à alcool

     

    coloriser aux feutres à alcool

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • En ce moment, je me remets à la couture. Je suis une grande (petite) débutante totalement autodidacte qui passe pour le moment presque autant de temps à dépanner sa petite machine à coudre qu'à fabriquer des trucs et des machins mais l'expérience commence à venir. Pour mémoire, j'avais déjà parlé de mes bricoles en tissu ici ou , mais depuis j'ai progressé... et j'ai une "vraie" machine (la "fameuse" silvercrest de Lidl), ça aide.

     

    Or donc, dans un grand élan d'enthousiasme, j'ai voulu me pencher sur un cadeau pas difficile à faire techniquement mais qui en jette... La "balle de préhension/balle puzzle".

    C'est une star des jouets d'éveil actuellement. C'est doux, c'est beau, c'est "Montessori" (il paraît) et ça se trouve dans un tas d'enseignes moyennant une vingtaine d'euros.

    Chez Nature et Découvertes :

    La balle de préhension

     

    l'équivalent chez Oxybul :

    La balle de préhension

     

    Alors forcément, j'ai voulu en savoir un peu plus.

     

     D'où qu'ça vient cette chose ?

    Difficile à dire... Pourtant j'ai beaucoup cherché, mais c'est tellement à la mode qu'on trouve toujours les mêmes descriptions un peu copiées/collées mais sans références précises. Dans cette vidéo, on nous affirme que l'objet vient du japon :

    Et parfois cette balle est appelée "takane" ce qui signifierait "de valeur" en japonais... ça m'avance beaucoup.

    Elle est en tous cas considérée comme un "matériel" basique du "nido" chez les montessoriens, donc un must-have pour tous ceux qui veulent faire du Montessori avec leur bébé (0-18 mois)

     

     C'est Montessori ?

     Sans doute... Maria Montessori, la vraie, a surtout travaillé sur le développement de l'enfant de 2 à 7 ans. Je n'ai pas lu de textes d'elle portant sur les bébés et je crois que la plupart des préconisations "Montessori" pour les deux premières années de vie ont été élaborées après coup par ses successeurs, en fonction des grands principes qu'elle avait énoncés.

    Donc cette balle s'insère parfaitement dans le cadre d'une éducation "Montessori" puisque le bébé va pouvoir très tôt s'en servir de façon autonome (au départ on peut la suspendre au dessus de lui) et développer ses capacités sensorielles et motrices. On est en plein dans la volonté de donner à l'enfant un environnement qui favorise l'éveil, l'autonomie et la beauté.

    Mais pourquoi c'est chouette ?

    Que vous soyez "pro-Montessori" ou pas, c'est un chouette joujou. D'abord, c'est joli, plus que la plupart des hochets moches en plastoc qu'on vous offre à l'occasion d'une naissance, même si chacun ses goûts. En plus ça ne fait pas de bruit, ça n'a pas besoin de piles, ça n'est pas dangereux même si on vous le balance à la tête. Donc c'est cool.

    Ensuite, cette drôle balle qui n'est pas ronde et ne roule pas trop permet le développement de plusieurs capacités importantes chez le petit enfant :

    -le contraste entre les 2 tissus (idéalement 1 imprimé à motifs et 1 uni, avec des couleurs bien différentes qui vont sauter aux yeux du bébé dès la naissance ou presque) va permettre de stimuler la vue.

    -la forme pleine de creux et de bosses et la texture bien moelleuse permettent au jouet d'être facile à attraper, ce sera un des premiers objets que l'enfant sera capable de saisir, puis de manipuler.

    -le fait qu'elle ne roule pas très loin permettra bientôt au bambin qui commence à se déplacer de faire ses premières expérience de "je fais valser puis je rattrape tout seul"

    -Avec les plus grands, jusqu'à 3 ans, elle sera un des premiers objets à lancer et rattraper, pour développer la coordination oculomotrice à un niveau supérieur !

     

    Comment qu'on fait ?

     C'est simple, il vous faut 2 sortes de tissu différents (lavables et compatibles avec le fait que bébé va mettre l'objet à la bouche et bavouiller dessus pendant quelques années, du coton bio c'est parfait). Personnellement j'ai pris de la récup', un vieux drap et les restes d'autres travaux d'aiguilles. Quelques chutes suffisent, il faut juste la place d'y découper en tout 9 disques d'une quinzaine de centimètres de diamètre.

    Il faudra d'abord découper des ronds dans du tissu :

    La balle de préhension

     Nous on s'y est mis à 4 mais il faut avouer que le chat et le pikachu n'ont pas fait grand chose. Très bon exercice de graphisme pour la petite puce qui a adoré faire des ronds au feutre sur du tissu. Le plus simple, c'est de prendre un grand bol (environ 15 cm de diamètre) et de tracer un cercle autour.

    En plus après on a fait de la numération parce qu'on les a comptés :

    -6 disques sur le tissu uni (pour ma poussinette c'est encore "y a 1, y a 2, y a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup")

    -3 disques sur le tissu imprimé

    On coupe ensuite chacun des disques en 4 quarts, comme des grosses parts de pizza.

    La balle de préhension

     

     

     Vous gardez tels quels les quartiers unis, et vous reprenez votre bol pour redécouper les quartiers imprimés en forme de "ballon de rugby" (comme sur la partie hachurée de l'image ci-dessous):

    La balle de préhension

     

    Vous devriez obtenir 24 quarts de disques et 12 "ballons de rugby" qui serviront à faire les 12 coussinets constitutifs de la balle.

     

    Par la suite, cousez endroit sur endroit un morceau imprimé sur chaque quartier de disque, puis un autre quartier de disque sur l'autre partie arrondie du morceau imprimé. Cousez aussi bords à bords le reste de la pièce en laissant juste une ouverture à la pointe, avant de retourner l'espèce de part de camembert ainsi obtenue. Remplissez avec de la mousse de rembourrage, à l'aide d'une baguette chinoise si besoin pour bien atteindre les recoins de chaque petit coussin. 

    Il ne reste plus qu'à les assembler tous ! C'est la partie la plus fastidieuse mais ça ne demande pas une concentration extrême alors vous pouvez vous installer devant un bon film et prendre votre temps. Dans la plupart des tutoriels on indique de regrouper les coussinets 3 par 3 avant de les rassembler tous par la pointe au centre de la balle. ça me paraît plus compliqué que ce qui est indiqué dans la vidéo que j'ai mise plus haut, à savoir :

    1) fabriquer une "rosace" en assemblant à plat 4 coussinets, comme un camembert (coudre ensemble les 4 pointes puis les 8 extrémités des "ballons de rugby" afin de reformer un disque)

    2)fabriquer 2 "coupoles" de 4 coussinets rassemblés entre eux par la pointe et par un des deux côtés des ovoïdes à motifs.

    3) fixer une coupole de chaque côté de la "rosace" plate.

     

    La balle de préhension

    La "coupole" se fixe sur la rosace. plus qu'à faire la même chose en dessous.

     

    Et voilà, c'est fini :

    La balle de préhension

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Je crée cette année un fichier pour élèves de 4/5 ans inspiré très largement de se repérer compter, calculer en grande section, de Catherine Huby, mais pas seulement.

    Ce fichier n'est pas juste une version simplifiée de son grand frère destinés aux plus âgés :

    -il est adapté aux programmes 2015

    -il couvre non seulement le domaine "mathématiques" (structurer sa pensée, tout ça) mais aussi une bonne partie du reste, parce que c'est compliqué de séparer hermétiquement les différentes "matières" avec les moins de 7 ans. Compliqué et pas forcément très bon.

    -je l'imprime en A5, parce que le format A4, si c'est trop grand pour les gamins du cycle 2 qu'on fait écrire dans des cahiers 17X22, ça ne peut pas être bon pour des petiots encore plus petiots du premier cycle.

    Comme le grand frère, il est illustré par bibi. Comme le grand frère, la partie "fifiches" n'est que le mini sommet d'un iceberg constitué de séances de manipulations en classe, dans la cour et en salle de motricité. 

    Je le mets ici des fois que ça puisse servir à d'autres maîtres et maîtresses, ça peut être pratique d'avoir quelque chose de déjà prêt, déjà dessiné, même si c'est perfectible. Je joins aussi la programmation générale de la période.

    Les deux aspects principaux de ce "kit pour grandir de la tête et des mains entre 4 et 5 ans" sont la préparation au geste d'écriture (je reprends pour cela le vieux livre de Liliane Baron, en tentant de remettre ses bonnes idées au goût du jour, et ce que j'ai appris via Laurence Pierson, rééducatrice en écriture) et le développement d'une première pensée mathématiques construite via le jeu et les expériences sensorielles et motrices des petitous.

    Je rédige actuellement un journal de bord qui ajoute à ce fichier une progression semaine par semaine et un guide pour les séances de manipulation et de motricité. J'ajoute que je fais la part belle également à des "ateliers libres" qui tiennent généralement plus du Freinet/Kergomard que du Montessori, et qui n'ont rien de ce qu'on nomme actuellement "AIM" ou "ateliers types Montessori" ni des "brevets Freinet". Il s'agit surtout de laisser les élèves manipuler librement du matériel par petits groupes et de les laisser tirer de leurs expériences sensorielles des notions qui leur permettront de "structurer leur pensée" petit à petit, à leur rythme.

    Ainsi, durant cette première période, les élèves ont appris principalement à se servir correctement du matériel (le prendre, le ranger, accepter de le partager avec ses camarades, ...). Dans le cadre de la progression de la classe, je leur ai mis à disposition notamment :

    -du matériel de motricité fine basique (enfilage, laçage, transvasements)

    -du matériel de raffinement des sens (tablettes de couleurs Montessori, oursons à trier, ...)

    -du matériel permettant de comparer tailles, longueurs, masses et même durées, ce qui constituait le "gros morceau" selon moi, de la période 1 en moyenne section. En septembre octobre, il s'agissait surtout selon moi que les élèves arrivent à percevoir les notions de "plus/moins/autant" pour installer confortablement et solidement les bases de la numération par la suite. Pour le coup je trouve le matériel "Montessori" (tour rose et barres en l'occurence) bien utile même si je ne l'utilise pas du tout de façon orthodoxe.

    -du modelage

    -des jeux de constructions à utiliser librement.

     

    Cette liste n'est absolument pas exhaustive, il faut y ajouter par exemple tous les coins de jeux d'imitation, la bibliothèque, les chiffres et les lettres à manipuler (certains élèves s'en désintéressent encore totalement alors que d'autres sont actuellement en pleine "période sensible") , les marionnettes, ... Laisser des plages importantes de réelle liberté aux élèves permet que chacun y trouve son compte. Cela n'empêche pas les séances collectives "imposées" mais ludiques qui débouchent sur les fiches permettant à chaque enfant (et à ses parents) d'avoir une trace (sans évaluation, ou alors c'est une évaluation toujours réussie donc très positive) des apprentissages réalisées.

    Je réalise aussi des fiches de dessin d'observation lors des séances de découverte du monde, mais elles n'apparaissent pas dans ce fichier parce qu'elles dépendent trop de ce que nous faisons ponctuellement dans l'école (elles ne seraient donc pas réutilisables d'une année sur l'autre)

    Télécharger le fichier période 1

    Télécharger « Programmation générale par période période 1.docx »

     

    un aperçu du fichier :


    2 commentaires