• P2-S3 : représenter des ombres au fusain

    classe de GS, premier trimestre

     

    Cette séance permet de renforcer la pratique du dessin au trait avec des moyens techniques simplifiés au maximum (un bout de charbon brut et un morceau de carton d’emballage suffisent) et d’amener progressivement l’enfant à utiliser de plus grands formats et à faire de plus grands gestes.

    Il s’agit aussi et surtout d’une première approche des ombres et du relief, le travail au doigt étant la façon la plus simple d’y parvenir car la plus instinctive et sans intermédiaire.

    Attention à ce que les mains des enfants soient bien propres et sèches avant de commencer la séance. Pendant celles-ci, ils pourront s’essuyer de temps en temps avec de l’essuie tout et les laveront au moment du rangement de la salle de classe.

    Quelques petits conseils techniques avant de commencer : représenter des ombres au fusain :

     

    • Sur le dessin de ma pomme, je trace des « M » de plus en plus foncés,


    P2-S3 : représenter des ombres au fusain

     (le soleil représente la source de lumière, et les flèches la direction des rayons lumineux)

    • puis je fais la même chose dans le sens vertical.  

    P2-S3 : représenter des ombres au fusain

    • Je fonds ensuite le tout avec la pulpe de mon doigt (bien propre pour ne pas laisser de traces de gras !)

     

    P2-S3 : représenter des ombres au fusain

     

    Arts visuels, S4 : se servir de charbon pour dessiner un animal

    Objectif technique principal :

    • représenter des ombres au fusain.

    Compétences du programme : Utiliser des techniques traditionnelles

    Matériel : -Une feuille de papier ou de carton à gros grains de préférence, format A3 environ (il faut que le papier soit assez grand pour permettre des gestes amples). On peut la choisir teintée, se servir du côté mat d’une feuille de papier kraft ou même de cartons d’emballage. Plus le support sera lisse, moins le charbon accrochera et plus le résultat risque d’être décevant.

    -un morceau de fusain ou de charbon de bois par élève, une gomme.

    -un tablier/vieux t-shirt par élève.

    -De quoi nettoyer (eau, savon, essuie-tout). Le charbon tache beaucoup mais part à l’eau.

    Organisation de la classe : Classe entière face au tableau, possibilité de regrouper les tables pour mutualiser le matériel

     

    1. Présentation d’une œuvre

    (10 minutes)

    • Observation silencieuse de la photo de la paroi de la grotte Chauvet.
    • Avec quoi ces chevaux ont-ils été dessinés ? où et quand ?
    • Explications brèves sur l’art pariétal : Les hommes préhistoriques (montrer sur la frise le nombre de « grands-pères » que cela représente environ) utilisaient des matériaux naturels pour dessiner et peindre sur la roche. Ici nous voyons des animaux représentés sur la paroi d’une grotte avec du charbon de bois.
    • Présentation de ce qu’est le charbon de bois. Expliquer comment on le fabrique et en montrer un morceau. Montrer sur une feuille au tableau comment on peut s’en servir pour tracer un trait mais aussi pour représenter une zone sombre en frottant le charbon à l’endroit que l’on veut foncer, et comment on peut faire un dégradé en frottant légèrement son doigt sur les endroits noircis afin d’éclaircir plus ou moins le dessin.
    • Présentation de l’affichette. 

      (à télécharger ici)

    • Insister sur le fait que les chevaux ne sont pas représentés seulement par une silhouette mais qu’ils semblent avoir du relief grâce aux ombres plus ou moins foncées représentées.

    2. Présentation du projet

    (1 minute)

    • Consigne : Vous allez représenter vous aussi un animal à l’aide d’un morceau de charbon de bois.

    3. Mise au travail

    (30 minutes)

    • Sortir le matériel autorisé pour ce travail, tout le reste doit être rangé.
    • Faire tracer d’abord par tous les élèves la forme générale de l’animal. Ne pas hésiter à tracer soi-même un contour général au tableau en montrant qu’on peut faire de grands mouvements pour faire une ligne courbe qui prendra vraiment toute la feuille.
    • Laisser les élèves explorer toutes les possibilités que leur laisse ce travail, et verbaliser avec eux ce qu’ils représentent ainsi que la façon dont ils le représentent (contours, dégradés, éclaircir/assombrir,… )
    • Les élèves ayant terminé en premier peuvent –après validation de leur travail - faire un dessin libre par exemple sur un très grand format accroché sur un mur de la classe afin de parvenir à un résultat collectif qui pourra rester exposé dans l’école par la suite.

    4. Rangement et bilan

    (10 minutes)

    • Ranger le matériel utiliser puis nettoyer toutes les tables.
    • Afficher les travaux avec les élèves. On peut fixer le résultat avec une bombe de laque (cela revient moins cher que le fixatif spécial), même s’il faudra tout de même éviter de toucher les travaux une fois terminés.
    • Faire s’exprimer 3 élèves désignés par l'enseignant sur ce qu’ils ont appris pendant cette séance.

    P2-S3 : représenter des ombres au fusain

    Pin It

    2 commentaires
  • P2-S4 : représenter une nature morte

     

    Après le paysage et le portrait, cette séance permet d’aborder la nature morte. Il s’agit également d’une première approche du dessin d’observation d’après nature. Il faudra là encore insister sur l’utilité de représenter d’abord la forme générale de chaque objet, qu’on réduira dans un premier temps à une forme géométrique simple (un cercle pour une pomme, une ellipse pour une assiette,… ) les détails, la couleur, la texture,… n’étant rajoutés que dans un second temps à l’aide de la technique choisie par l’enseignant.

     

    J’ai choisi deux natures mortes célébrissimes et sur lesquelles figurent des pommes, car c’est un fruit très souvent présent dans les natures mortes, de saison, qu’il sera facile de se procurer. En outre, la forme de la pomme est simple mais intéressante et il s’agit donc souvent de la première chose qu’on donne à représenter aux débutants dans une technique donnée.

     

    De plus, cette séance peut être prolongée par une étude de ce fruit en découverte du monde, lors de laquelle on peut d’ailleurs faire faire un autre type de dessin d’observation.

     

    Arts visuels, S4 : représenter une nature morte.

    Objectif technique principal :

    • S’initier au dessin d’observation.

    Compétences du programme : Utiliser des techniques traditionnelles

    Matériel : -Une feuille de papier à dessin (papier à peindre si l’on choisit la gouache) format A4 environ.

    -crayon à papier, gomme

    -craies grasses, crayons à la cire ou gouache selon le matériel et le temps disponible.

    -papier essuie-tout

    -Des pommes et un plat (compotier, bol, assiette,… ) à disposer sur une petite table. (Pas plus de 3 pommes et un plat, c'est déjà un exercice très complexe.)

    Organisation de la classe : Classe entière face ou autour de la table sur laquelle on disposera les objets à représenter, possibilité de regrouper les tables pour mutualiser le matériel

     

    1. Présentation d’une œuvre

    (5 minutes)

    • Observation silencieuse des deux natures mortes.
    • Qu’y a-t-il de communs entre ces deux peintures ?
    • Définition rapide de ce qu’est une nature morte.
    • Présentation de l’affichette.

      ( à télécharger ici )

    2. Présentation du projet

    (5 minute)

    • Consigne : Vous allez représenter vous aussi une nature morte, en dessinant ce que vous voyez sur cette table.
    • Faire décrire à deux élèves différents ce qu’ils voient. Insister sur les mots qui désignent les formes, les couleurs et la position de chaque objet par rapport aux autres.
    • Faire rapidement à la craie un dessin très simple de la nature morte afin de montrer aux élèves qu’on s’attache d’abord à représenter chaque objet à sa place à l’aides de formes géométriques très simples (un rond pour une pomme par exemple)

    3. Mise au travail

    (35 minutes)

    • Faire sortir d’abord uniquement de quoi dessiner (crayon à papier, gomme)
    • Faire dessiner d’abord les contours des objets au crayon par les élèves.
    • Après validation par l’enseignant, les élèves peuvent utiliser les craies ou la peinture. Le travail ne sera considéré comme terminé que si tout l’espace de la feuille est rempli.
    • Les élèves les plus rapides peuvent faire un dessin libre après vérification de leur travail par l’adulte.

    4. Rangement et bilan

    (10 minutes)

    • Ranger le matériel utiliser puis nettoyer toutes les tables.
    • Afficher les travaux avec les élèves.
    • Faire s’exprimer 3 élèves désignés par la maîtresse sur ce qu’ils ont appris pendant cette séance.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Dessinez, c'est la rentrée !

    En attendant la suite de ma progression en zarvizuels, en voici la première séance revue par doublecasquette...

     

    Et pour alimenter les réflexions à ce sujet, voici un excellent article sur Pedagoj au sujet du dessin et de son enseignement.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ces deux séances sont une des rares occasions dans cette progression de faire un « bricolage de saison ». J’espère dépasser malgré tout la simple séance de « loisirs créatifs » détachée de toute ambition d’apprentissage puisqu’il s’agira tout de même de réinvestir les compétences travaillées durant tout le premier trimestre. En outre, je préfère proposer aux élèves un « canevas » à partir duquel ils auront tout de même la possibilité de laisser libre cours à leur imagination plutôt qu’une recette extrêmement précise aboutissant à des production hyper normées toutes semblables. Cette façon de faire me paraît plus profitable aux élèves même si les adultes pourront être « déçus » du résultat par rapport à une bidouille de noël entièrement réalisée par les ATSEM et beaucoup plus zouli-mimi…

     P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

    Au bout d’un trimestre de pratique, il me semble qu’il est temps de laisser aux élèves un espace relevant davantage du « dessin libre » des Freinet.

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

    Elève de CM1, feutre doré, craies à la cire et pochoir "fait maison"

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

    Elève de PS

    Je pars d’un patron de carte pop-up « sapin de Noël » que j’avais trouvé durant ma première année d’enseignement... Depuis je n’ai pas trouvé mieux et j’ai déjà adapté ce travail de la TPS au CM1, alors je vais me contenter de l’intégrer dans le reste de la progression et d’expliquer un peu comment je fonctionne.

     

    Télécharger le patron du sapin.

     

    Arts visuels, P2-S5 : La carte de Noël -Réaliser un objet en papier tridimensionnel à l’aide de pliages et de découpages plus complexes (2 séances).

    Objectif technique principal (séance 1): Réaliser un découpage et un pliage.

    Compétences du programme: Savoir travailler autant en surface qu’en volume.

    Savoir utiliser des instruments, des gestes techniques, des médiums et des supports variés.

    Matériel : -Le modèle du sapin imprimé sur une feuille A4 (si possible un papier de couleur, éventuellement assez épais. Si on veut utiliser un support original (du papier cadeau par exemple) on pourra bricoler en collant la page « sapin » imprimée au verso du « beau papier ».

    -        ciseaux

    -        Modèle de carte fabriquée à partir d’une feuille A3 pour montrer aux élèves le « produit fini »

    -        Modèle du sapin imprimé sur une feuille A3 à faire en même temps que les élèves étape par étape.

    Organisation de la classe : Classe entière, une table par élève

     

    1. Présentation du produit fini

    (5 minutes)

    ·      L’enseignant aura préparé lui-même une « carte-sapin », ce qui lui aura permis d’anticiper les détails pratiques qu’il faudra régler en classe.

    ·      Montrer la carte aux élèves. Leur demander ce qu’ils voient. Ce moment peut être l’occasion de parler de la tradition du sapin de Noël (les jours qui commencent à rallonger, l’arbre qui reste toujours vert,… )

    ·      Demander à la classe comment ce sapin a pu être fabriqué.

    2. Présentation du projet

    (5 minute)

    ·      Consigne : Vous allez fabriquer votre carte-sapin pour pouvoir souhaiter une bonne fête de fin d’année à quelqu’un que vous aimez.

    ·      Insister sur le fait que chaque élève n’aura qu’une seule feuille (on en aura en réalité prévu quelques unes de secours pour les maladroits). Il faudra donc faire très attention et tout faire en même temps que la maîtresse/le maître pour que la carte soit réussie/jolie.

    3. Mise au travail

    (40 minutes)

    ·       Faire ranger les tables : les élèves doivent avoir devant eux uniquement leur paire de ciseaux. Puis distribuer les feuilles sur lesquelles le sapin est imprimé.

    ·       Faire plier la feuille en deux le long de la ligne pointillée… Le faire devant les enfants sur le modèle A3 puis vérifier que tous les élèves ont bien fait de même avant de passer à la suite.

    ·       Faire découper les élèves le long des lignes noires pleines (rappeler la façon dont on utilise les ciseaux pour découper selon une ligne courbe). Il ne faut surtout pas découper selon les lignes pointillées. Faire également la démonstration sur la feuille A3.

    ·       Faire plier soigneusement la feuille selon les lignes pointillées. Montrer également cette étape aux élèves puis « faire sortir » le relief du sapin A3 devant les élèves avant de passer dans les rangs et d’aider ceux qui n’y arrivent pas (cette étape bloque mystérieusement certains enfants et même certains adultes, il faudra donc que l’enseignant se soit entrainé au préalable, puis qu’il désigne les premiers qui ont réussi pour qu’ils aident leurs camarades qui ont plus de mal)

    4. Rangement et bilan

    (5 minutes)

    • Ranger les feuilles (on aura fait écrire le prénom de chaque élève sur le côté imprimé du papier) bien pliées en vue de l’étape suivante.
    • Faire s’exprimer 3 élèves désignés par la maîtresse sur ce qu’ils ont appris pendant cette séance.

     

     

     

     

    Arts visuels, P2-S5 : La carte de Noël -Réaliser un objet en papier tridimensionnel à l’aide de pliages et de découpages plus complexes (2 séances).

    Objectif technique principal (séance 2): Utiliser les savoir faire acquis au cours du trimestre pour réaliser une carte de vœux.

    Compétences du programme: Savoir travailler autant en surface qu’en volume.

    Savoir utiliser des instruments, des gestes techniques, des médiums et des supports variés.

    Matériel : -du matériel déjà employé lors des séances précédentes (craies, crayons, chutes de papier à découper ou à coller,…)

    -Une feuille de papier A4 par élève (éventuellement coloré, de préférence plutôt épais)

    -Le papier découpé de la séance 1

    -De la colle à papier

    Organisation de la classe : Au choix de l’enseignant.

     

    1. Présentation du produit fini

    (5 minutes)

    ·      L’enseignant aura préparé lui-même une ou plusieurs cartes possibles pour montrer aux élèves ce qu’ils peuvent faire au verso du sapin.

    ·      Demander aux élèves s’ils ont des idées pour réaliser une carte de vœu la plus belle possible.

    2. Présentation du projet

    (5 minute)

    ·      Consigne : Vous allez fabriquer votre carte-sapin pour pouvoir souhaiter une bonne fête de fin d’année à quelqu’un que vous aimez. Vous avez le droit d’utiliser tout le matériel à votre disposition.

    ·      Insister sur le fait que chaque élève n’aura qu’une seule feuille (on en aura en réalité prévu quelques unes de secours pour les maladroits). Il faudra donc faire très attention et réfléchir à ce que l’on veut faire avant d’utiliser sa feuille.

    3. Mise au travail

    (40 minutes)

    ·       Faire ranger les tables : les élèves doivent avoir devant eux uniquement leur feuille format A4, le papier découpé de la séance précédente et de la colle dans un premier temps.

    ·       Faire coller la carte sapin sur la feuille A4 en faisant correspondre soigneusement les bords des deux feuilles. Faire la démonstration devant les élèves en même temps qu’eux pour éviter qu’ils se trompent de sens. Vérifier ensuite que le sapin sort lorsqu’on ouvre la carte. Il faudra faire attention à ce que la carte s’ouvre dans le bon sens ensuite (le sapin ne doit pas apparaître « tête en bas » lorsqu’on déplie la carte)

    ·       Faire plier la carte en deux dans le sens de la largeur (bord à bord)

    ·       Laisser les élèves libres de décorer leur carte comme ils le veulent. On peut guider un peu plus le travail si on le souhaite et éventuellement organiser la classe en petits ateliers en laissant à disposition un matériel différent dans chacun d’eux.

    4. Rangement et bilan

    (5 minutes)

    • Faire s’exprimer les élèves volontaires pour présenter leur carte.

     

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances) 

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

     

    P2-S5 : La carte de Noël (2 séances)

    Élèves de CM1

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    P3-S1 : Modeler la terre (2 ou 3 séances)

    Cette photo d'introduction est légèrement hors sujet puisque durant ces séances, les élèves délaisseront un moment les outils le travail à plat pour aborder le modelage direct et la troisième dimension. Il se peut que les enfants soient très mal à l’aise au début avec cette technique car même quand ils ont eu l’occasion de travailler la pâte à modeler en maternelle, il arrive que celle-ci ne soit employée que pour des productions « aplaties » (des formes à découper dans une plaque de pâte par exemple, ou encore des sujets à reproduire en deux dimensions en se servant d’un modèle sur une feuille).

    P3-S1 : Modeler la terre (2 ou 3 séances)

    Décorations en pâte à sel et peinture vinylique, TPS-PS

    Il ne faudra donc pas hésiter à laisser du temps pour expérimenter, quitte à rajouter une séance entière de « modelage libre » leur permettant de faire ce qu’ils veulent avec de la pâte à modeler réutilisable. On pourra ensuite laisser un atelier "modelage" à disposition au coin des activités en autonomie. Il faudra également probablement leur répéter qu’il faut que leur production « tienne debout », même si pour cela ils doivent renoncer à certaines formes trop complexes ou trop difficiles à faire tenir en équilibre.

    P3-S1 : Modeler la terre (2 ou 3 séances)

    Pâte à sel en Moyenne section.

    J’ai choisi les figurines de terre de la première séance pour leur forme simple et d’un seul tenant. On aurait pu en trouver de plus connues ou de plus originales, mais le fait qu’elles soient en argile brute me paraît approprié. « L’idole cloche » de la séance suivante permet quant à elle de donner des idées aux élèves pour la peinture de leur animal.

    On peut pour ce travail utiliser n’importe quelle sorte de pâte à modeler ou de terre, même si je déconseille certaines argiles très rouges qui tache énormément. La pâte auto-durcissante donne généralement de bons résultats.

    NB: Pour conserver l'argile humide, c'est bien de l'envelopper dans une serviette éponge humide, avant de l'emballer dans un sac en plastique dont on aura chassé l'air au maximum avant de le fermer le plus hermétiquement possible (une serviette éponge autour du bloc d'argile lui-même dans son plastique, puis un sac bien ajusté, replié puis fermé avant d'être enserré autour grâce à des élastiques larges qui plaqueront le plastique sur le tissu éponge, puis encore un sac poubelle autour, toujours ajusté au plus près et ça se réutilise même trois ou quatre années après). Il est aussi souvent possible de réhydrater de l'argile un peu sec en faisant couler un peu d'eau dessus, et en le malaxant longuement, jusqu'à obtenir à nouveau une pâte souple. Il est préférable de le faire progressivement et sur de petites quantités de matière, car si l’on ajoute trop d’eau on obtient tout simplement de la gadoue…

     

     

    Arts visuels, P2-S5 : Modeler la terre(2 séances).

    Objectif technique principal (séance 1): modeler la terre

    Compétences du programme: Savoir travailler autant en surface qu’en volume.

    Savoir utiliser des instruments, des gestes techniques, des médiums et des supports variés.

    Matériel : - un morceau de terre à modeler par élève.

    -de quoi protéger les tables.

    Organisation de la classe : Classe entière, une table par élève

    1. Présentation d’une œuvre

    (5 minutes)

    ·      Présentation de la première affichette. Laisser les élèves s’exprimer sur ce qui est représenté et la façon dont ces petits animaux ont été réalisés.

    ·      Lecture collective et explication des mots en gras.

    ·      Comment des figurines aussi anciennes ont-elles pu résister si longtemps ? Pourquoi l’un des taureaux n’a-t-il pas de cornes ? Faire réfléchir les élèves sur ce qui est plus ou moins solide et plus ou moins fragile dans des objets de ce genre.

    2. Présentation du projet

    (2 minutes)

    ·      Consigne : fabriquer une figurine d’animal en modelant un petit morceau de terre.

    ·      Insister sur le fait qu’il faut que l’animal tienne tout seul et ne se casse pas. Il vaut donc mieux lui faire « de grosses pattes » et ne pas séparer la pâte en plusieurs morceaux : même recollées, les morceaux d’une statuette sont toujours très fragiles et risquent de tomber rien qu’en séchant !

    3. Mise au travail

    (40 minutes)

    ·       Faire ranger les tables et les protéger. Les élèves ne doivent plus rien avoir devant eux.

    ·       Distribuer un petit morceau de pâte par élève. Il n’y a pas besoin qu’il soit très grand, il doit tenir dans la main de l’enfant.

    ·       Conseiller aux élèves de partir d’un « bloc » de pâte qui ait une forme générale simple la plus proche possible de l’animal qu’on veut faire (un pavé pour une vache par exemple, une boule pour un ours, un cylindre très allongé pour un lézard, … ) puis « tirer » dessus pour « sortir » les parties de la bête qui « dépassent » de la forme générale (tête, oreilles, pattes, queue,… )

    ·       on peut ensuite presser et creuser pour affiner le travail (affiner une encolure, rajouter des yeux,… ) Les élèves peuvent être encouragés à utiliser le bout de leurs doigts ou même leurs ongles mais je déconseille l’utilisation d’outils comme les ébauchoirs dans un premier temps puisque cela rajouterait un objet intermédiaire qui rendrait à mon avis l’appréhension du modelage plus difficile.

    ·       Les élèves qui ont terminé et fait valider leur travail peuvent utiliser les restes de pâte comme bon leur semble ou faire une activité libre (aller au coin pâte à modeler si c’est possible)

    4. Rangement et bilan

    (5 minutes)

    • Ranger en vue de l’étape suivante : mettre les travaux à sécher « debout », reposant sur des feuilles de papier au prénom de chaque enfant. Etre attentifs à ce que les restes de terre soit rassemblés et rangés dans une boîte ou un sac bien hermétique.
    • Faire s’exprimer 3 élèves sur ce qu’ils ont appris pendant cette séance.

     

     

     Elève de GS

    Arts visuels, P2-S5 : Modeler la terre(2 séances).

    Objectif technique principal (séance 2): décorer une figurine

    Compétences du programme: Savoir travailler autant en surface qu’en volume.

    Savoir utiliser des instruments, des gestes techniques, des médiums et des supports variés.

    Matériel : - les travaux de la séance précédente.

    -peinture (gouache par exemple) et pinceau. N’utiliser qu’une seule couleur de peinture pour permettre aux élèves de se concentrer sur les motifs qu’ils peuvent réaliser. Certaines peintures permettent de se passer de vernis. On peut alors choisir de peindre d’abord toute la surface de la figurine d’une seule couleur de fond puis rajouter les motifs, après séchage, en utilisant une autre couleur.

    -de quoi protéger les tables.

    -vernis

    Organisation de la classe : Classe entière, tables regroupées autour du matériel de peinture.

     

    1. Présentation d’une œuvre

    (5 minutes)

    ·      Présentation de la première affichette. En quoi cette statuette est-elle semblable aux taureaux de la séance précédente ? Qu’est ce qui la différencie de ces figurines ? Comment les motifs qui la décorent ont-ils été réalisés ?

    ·      Lecture collective et explication des mots en gras.

    2. Présentation du projet

    (5 minute)

    ·      Consigne : vous aussi allez décorer votre statuette en appliquant de la peinture avec un pinceau.

    ·      Comme nous n’avons pas de four suffisamment puissant pour faire de la céramique mais que nous voulons tout de même rendre notre figurine solide, nous allons utiliser un vernis qui la protégera et la rendra brillante.

    3. Mise au travail

    (40 minutes)

    ·       On aura préparé la salle de préférence avant la séance pour que les tables soient déjà protégées et le matériel à disposition. Il faut éviter si possible de déplacer les figures de terre dans l’agitation pour ne pas risquer d’en abimer. Il vaut mieux cependant en avoir préparé quelques unes en surplus au cas où certaines casseraient accidentellement, afin que chaque élève ait tout de même un objet à décorer.

    ·       Les élèves qui ont fini de peindre leur figurine peuvent passer au vernissage uniquement après validation de leur travail et une fois que celui-ci a un peu séché. On peut donc éventuellement prévoir une activité intermédiaire entre la peinture et le vernissage (faire nettoyer les pinceaux enduits de peinture me paraît une bonne solution ! On peut aussi laisser passer la récréation )

    -Le vernis est au départ blanc et devient transparent et brillant en séchant.

    4. Rangement et bilan

    (5 minutes)

    • Ranger le matériel et en particulier soigner très attentivement le nettoyage des pinceaux.
    • Faire sécher les figurines loin les unes des autres sur des papiers au prénom de chaque élève.
    • Faire s’exprimer les élèves volontaires sur ce qu’ils ont appris à faire.

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique